Le santonnier

Le catalogue original des santons André Filippi

Le catalogue original des santons André Filippi

C’est certainement l’aspect de son œuvre le plus connu du grand public. Après la Deuxième Guerre mondiale, André Filippi crée ses premiers santons, une quarantaine de modèles sont rapidement finalisés. Respectueux de la tradition, tous ces santons représentent les personnages de la Provence auquel il tient à ajouter des décors inspirés des paysages qui l’entourent.

Sa spécificité s’exprime au travers de la taille réduite de ses santons, les premiers feront à peine 3 cm et sont suivis des « puces » haut de 1,5 cm à peine ! Ces dimensions lui permettent d’adapter plus facilement les pièces à l’échelle. On peut ainsi confectionner de magnifique crèche même dans un espace réduit, voire sous de petite vitrine.

« Ses santons sont simples aux galbes bien enveloppant. Pas de saillie trop anguleuse; les accessoires faisant corps avec la statuette, les traits du visage sont marqués en quelques touches vives et légères. On ne force pas l’expression, les coloris sont exacts et bien nuancés, chantants mais non criards », tel les décrits Pierre Fontan, Majoral du Fèlibrige, dans son ouvrage «La Crèche provençale» (1).

Tous ses personnages sont dans la lignée classique, mais il y apporte sa touche personnelle. on retrouve tous les figurines traditionnelles autour de l’enfant Jésus, de la St Vierge et de Joseph : Bartoumiou, lou ravi, les tambourinaires qui donnent l’aubade, les bergers bien sur, avec de nombreux modèles différents, les paysannes et les paysans apportant leur offrande, les bohémiens et gitans… Les seuls « estrangers » autorisés sont les rois mages les mains chargées de cadeaux. Nombreux aussi sont les animaux représentés: bien sûr l’âne et le bœuf réchauffant le petit jésus, mais aussi des moutons et des chiens pour accompagner les bergers, même la basse-cour avec les cochons donnent plus de véracité au petit mas que l’on confectionne avec les nombreuses pièces. Les premières sont les différentes étables qui permettent d’abriter la sainte famille, adossées à des maisons typiques de la Provence. Elles sont complétées par des représentations des bastides, de quelques maisonnettes tel les petits hameaux de nos villages, mais aussi on peut y ajouter des puits ou des fontaines, des pins, cyprès ou des oliviers, les bohémiens et les gitans ont leur roulotte, enfin tout ce qu’il faut pour créer un décor typiquement et uniquement Provençal. il est totalement exclu de trouver parmi tous ses personnages, un pécheur breton, une alsacienne, un marin; même le curé n’y figure pas contrairement à bon nombre d’autres santonniers. En effet André Filippi, l’agnostique, s’y refusait sous prétexte que les curés n’existaient pas à la naissance du Christ.

À son décès, il avait créé 98 santons en 3 cm et 44 pièces à l’échelle, déclinés en 72 sujets en 1,5 cm avec 40 pièces. Il accepta finalement d’agrandir certains modèles pour réaliser la série en 5 cm avec 57 santons.

Il imagina aussi de faire des pièces qui sortaient un peu du cadre de la crèche traditionnelles, plus « touristique » comme des chapelles, des oratoires ou encore des saynètes qu’il intitula  »vision de Provence ». Il créa aussi une série de cartes postales mettant en scène ses santons.

L’intégralité de ses créations est répertoriée dans le catalogue original que nous vous présentons.

Lors d’une conférence en 1960, il décrit précisément comment il réalise ses santons,  mais surtout  il nous livre son approche et sa conception du santon. Il conclut ainsi celle-ci :

« voici la recette que le santonnier emploie pour faire un santon : un moule … de l’argile …. et un peu de son cœur. »

 

Toutes les photos sont réalisées à partir de la collection privée de l’auteur.
Tous  droits de reproduction réservés . A propos

Les commentaires sont fermés.